Ki, Yin &Yang, Énergétique et Médecine Traditionnelle Chinoise… un peu d’histoire

Les styles de shiatsus sont nombreux, la pratique et l’enseignement du shiatsu sont multiples et variés. Chaque enseignant, chaque praticien contribue à promouvoir, à faire reconnaître et à faire évoluer le shiatsu.

Le shiatsu n’appartient ainsi à aucune école, à aucun maître. Shizuto Masunaga disait lui même « Le patient est votre Maître ».

Les différentes formes actuelles du shiatsu datent du 20e siècle mais elles ont d’anciennes racines nées des nombreuses rencontres culturelles et historiques entre le Japon, la Chine et l’Occident.

Le shiatsu est une méthode de régulation des flux énergétique par pressions digitales le long des canaux d’énergie appelés « méridiens . Introduite en France dans les années 60/70 par les élèves de Tokujiro Namikoshi et Shizuto Masunaga ainsi que par le biais des maîtres d’arts martiaux cette discipline vise à rééquilibrer la circulation de l’énergie vitale (le Ki) à l’intérieur de l’organisme.

Shizuto Masunaga fondateur du Zen Shiatsu développa son propre modèle théorique, s’inspirant des différents aspects liés à son parcours de vie :

– L’usage traditionnel du Shiatsu en tant que remède populaire ;
– La connaissances de l’anatomie et de la physiologie moderne occidentale ;
– Le modèle psychologique occidental ; et notemment les approches centrées sr la personne de Carl Rogers
– L’approche philosophique du Bouddhisme Zen,
– Sa propre expérience du shiatsu- les principes de la médecine traditionnelle chinoise, (système des méridiens et points d’acupuncture ou Tsubos, principes du Yin/Yang et des cinq éléments),
– l’esprit du taoïsme et du bouddhisme Zen,
– la prise en compte de la dimension psychologique du patient

 

Le KI, l’énergie vitale:

Dans la tradition orientale, tout est considéré comme étant une manifestation de l’énergie vitale universelle, ou force motrice de toute vie : le Ki pour les japonais, le Qi (ou Tchi) pour les chinois. Dans la pensée orientale, la maladie est l’expression d’un déséquilibre de l’harmonie du Ki dans le corps humain ; le Ki est donc considéré comme le souffle de vie.

En Zen Shiatsu le cycle de la vie est un principe qui suppose que dans la vie tout est mouvement et tout est changement. Nous allons de l’avant, prenons des décisions, doutons, avons des émotions plus ou moins limitantes, nous sommes motivés déterminés ou stréssés…. L’énergie , le Ki, est la manifestation en nous de ce mouvement de la vie. La désorganisation de la circulation d’énergie provient de l’adaptation que notre organisme met en oeuvre pour retrouver un état d’équilibre. Ainsi a contrario cela présuppose qu’apporter une régulation des flux énergétiques donne à l’organisme les moyens de retrouver son propre potentiel intrene d’adapation et donc permettra à tout un chacun d’en voir les effets dans la vie quotidienne.

 

Ki : Souffle, Force Vitale, Énergie, Volonté

 

 

YIN & YANG
Le Ki, ou souffle de l’énergie vitale, prend naissance dans l’expression des phénomènes de la vie que les orientaux décrivent d’une façon métaphorique en se référent aux éléments du vivant: le Yin et le Yang dans le mouvement incessant lié à la force de la nature et des éléments qui la compose :

– les force terrestres liées au mouvement des énergies de la Terre et donc des cinq éléments : le Bois, le Feu, la Terre,le Métal, l’Eau)
– les force célestes en correspondance avec les énergies du ciel selon six influences (le Froid, la Chaleur, la Sécheresse, l’Humidité, le Vent, le Feu) et qui déterminent les climats.

La philosophie traditionnelle orientale a permis l’observation de la nature, des phénomènes du ciel et de la Terre au cours du temps qui passe. Ainsi l’Énergétique Traditionnelle Chinoise est née, décrivant le Yin et le Yang comme étant fondamentaux dans la compréhension des phénomènes de la vie. L’un ne pouvant pas exister sans l’autre, leur interdépendance met en évidence le côté cyclique et impermanent de la vie.

 

 

Le Tao, symbole Yin & Yang

 

Ainsi le Yin et le Yang se définissent l’un par rapport à l’autre au travers de qualités complémentaires :
Le Yin va représenter les qualités telles que la Terre, la Féminité, l’Espace, le Calme,l’Immobilité, la Nuit, l’intérieur, Le Froid, l’Obscurité…
et le Yang va représenter les qualités telles que le Ciel, le Masculin, le Temps, l’Activité, le Mouvement, le Jour, l’Extérieur, le Chaud, la Lumière

Cette conception orientale est basée sur la complémentarité, la dépendance et l’inter-relation des phénomènes de la vie. L’occident lui, a hérité de la Grèce Antique une vision qui tend à opposer ces différentes qualités, occultant ainsi leur complémentarité et les liens qui les fait co-exister.

L’Énergétique Traditionnelle Chinoise
Ainsi l’Énergétique Traditionnelle Chinoise s’est attelée à décrire, comprendre et traiter les phénomènes énergétiques corporels existant dans l’organisme dans la manifestation de la circulation du KI, énergie vitale à l’intérieur d’un réseau de canaux énergétiques : les méridiens. Un principe est alors établi : l’énergie qui circule librement procure un état de santé et de bien-être alors que lorsqu’il y a stagnation ou mauvaise circulation de cette énergie, des symptômes peuvent alors apparaître (allant de simples douleurs jusqu’à de plus importantes affections).

La Chine a développé différentes techniques pour permettre à l’énergie de circuler librement : traitements utilisant des aiguilles ( acupuncture) , des herbes (pharmacopée), de la chaleur (moxibustion), mais aussi des thérapies corporelles ou des techniques de respiration (massages, méditations…). Ces différentes méthodes avaient pour objectif de guider les énergies subtiles dans tout l’organisme afin de permettre à l’énergie de circuler librement.

 

Shizuto Masunaga en fondé la théorie des méridiens